9 décembre – Léocadie

Je me révèle dans les détails et je sais qui les remarque et qui ne me regarde pas. C’est la couleur d’un vernis refait qui dit ce que j’ai à dire, et si ce n’est aux autres, c’est à moi que la touche de couleur rappelle l’humeur du jour, l’objectif de la matinée, le souvenir qu’il ne faut pas oublier. Et seul l’ami très cher saura lui aussi la tristesse qui m’accable ou la joie qui me transporte. Le vernis, ou le foulard, ou la boucle d’oreille, et souvent l’accord d’un ensemble coordonné à dessein trace dès le matin le plan d’une journée dont chaque événement déjà prévu peut se deviner à ces attentions que je porte avant tout à moi-même. Je ne cherche pas tant à séduire que des repères auxquels me raccrocher quand, trop fréquemment, tout semble partir à vau l’eau, quand rien ne tient ses promesses et que je veux maintenir un semblant d’équilibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.