8 décembre – Thibaud

J’éprouve ma résistance à la tristesse en choisissant pour mes repas les préparations les moins festives. La ratatouille en bocal occupe dans mon hit parade des mets les plus navrants une place de choix. Pas que le principe soit totalement dénué d’intérêt : ce pourrait être ouvrir son assiette à un rayon de soleil estival à l’annonce des premières neiges. Et quoi de plus réconfortant ? Mais je suppose avant toute tentative de réchauffage des légumes au goût identique et à la texture spongieuse noyés dans une sauce trop épaisse pour être honnête. Je reconnais facilement que c’est un a priori et que je ne suis pas à l’abri d’une bonne surprise, mais je ne me berce pas d’illusion. Une fois servi, rien ne viendra titiller mes papilles. Si j’échappe au coup de déprime qui devrait accompagner pareille nourriture, je n’aurai plus aucun doute : je vais sacrément bien.

1 commentaire

  1. Ce matin Thibaud m’a demandé de préparer 8 œufs mimosas pour le déjeuner. Soleil du mimosa un jour froid et brouillardant. Bonne idée mais quel travail ! Cuire les œufs, les écaler sans les abîmer, les couper proprement en deux, enlever le jaune et le mettre dans un bol, prendre le pot de mayonnaise et un peu d’ail, faire un bon mélange pour enfin mettre la mixture dans le blanc d’oeuf évidé… ouf c’est terminé. Mais quel travail ! Le soleil aurait pu être obtenu avec un bocal de ratatouille aux légumes d’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.