6 novembre – Léonard

Ce qu’il a fallu brûler de charbon, de fuel, et répandre de pesticides et de conservateurs pour que je vive un peu plus longtemps la lente agonie du monde. Il va falloir inventer autre chose si l’on veut s’en sortir. Débrancher les appareils ménagers, laisser les oranges où elles poussent. Cesser d’extraire de la terre plus de pulpe qu’elle ne peut en donner. Chaque fruit dont je fais du jus me rapproche inéluctablement de l’extinction de l’espèce humaine. Oh, on m’a dit que c’était bon pour ma santé. Des vitamines et des fibres, et cinq fois par jour plutôt qu’une. Mais le plastique et le métal et l’avion et le bateau géant. Les engrais, les serres chauffées au gaz, les files de camions diesel. L’orange, c’est une fois l’an, à Noël, et dans les familles les plus riches, pas chaque matin pour tout un chacun. On n’a rien compris.

1 commentaire

  1. Les vitamines du matin, voilà le secret d’une bonne santé. La religion ce dimanche parle de vie éternelle, commençons par avoir une vie dynamique. L’orange peut nous aider, pas l’un de ces nombreux jus de fruits matinaux dont la composition est mystérieuse, mais l’orange, la vraie, mûrie au soleil d’Espagne. Comment la manger ? En prenant le temps de l’éplucher, cela est parfois difficile avec une peau épaisse alors que le petit déjeuner ne peut pas trop durer. Alors utilisons un presse orange, mais le système manuel semble plus conforme à notre souci de sobriété énergétique que le presse agrume électrique qui fait envie à Léonard. Un peu de poigne Léonard et tu y arriveras !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.