31 octobre – Quentin

Lorsque vous me regardez, avec autant d’intensité que possible, avec une attention véritable, totalement à l’écoute de ce que je suis, je n’ai aucune précaution supplémentaire à prendre. Lorsque vous sondez mon âme au plus profond, vous l’ignorez, mais ce n’est pas vraiment moi que vous voyez. Personne ne remarque jamais rien, mais il m’arrive de colorer mes cheveux. Je choisis une teinte la plus proche possible de mon brun naturel et je me fais quelques mèches. C’est un secret que je ne partage avec personne. Cela ne sert à rien, mais je sais que je suis protégé. Sans ces mèches discrètement teintes, j’aurais l’impression de me livrer entier, sans protection aucune et que vous pourriez faire de moi tout ce que vous voudriez. Je serais tétanisé. Là, je peux vous sourire, confiant. Quoi qu’il puisse arriver, je vous échappe à jamais. Ce n’est pas moi que vous avez face à vous et vous ne m’aurez jamais vu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.