3 août – Lydia

Pas que je m’inquiète, mais je suis prudente. On a vu mourir des gens apparemment en pleine forme. Le cœur s’arrête, pas forcément dans l’instant, mais il ralentit, jour après jour, et puis plus rien. Souvent dans la nuit. Ou il accélère jusqu’à l’explosion. Il faut surveiller ça. Je prends mon pouls, je note ma tension. Le matin au réveil. Et le soir. Je fais des statistiques. Je vois si ma journée m’a énervée, ou fatiguée. J’adapte mon programme pour compenser. Demain, je reste couchée. Et si ça baisse trop, je ferai quelques tours de stades après-demain. C’est très efficace, vraiment. Je ne comprends pas que certains se lancent dans des journées éreintantes sans avoir vérifié qu’ils étaient en état de le supporter. Parfois, je mesure à l’heure du déjeuner. Rien de tel pour choisir entre salade verte et confit de canard. C’est plus souvent salade ces temps-ci. Bizarrement, ma tension monte. Quelque chose me stresse. Il faut que je découvre quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.