22 novembre – Cécile

On a dit beaucoup de mal du marron. Et, depuis la cour de récréation, ce sont les yeux de cochons, les yeux marron. Marronnasse, bien vite. Et les rimes qui vont avec n’ont rien d’appétissant. Et pourtant, avec mes yeux marron et mes cheveux assortis, il y a une chose dont je suis tout à fait sûre : le marron, c’est la vie ; quoi que vous ayez chanté pendant la récré. Et pour qui ose s’y plonger, c’est une bénédiction. Car quand on me dit marron, c’est à la crème que je pense. Du sucre et une pleine bouffée d’enfance qui me monte aux yeux. Du sucre, et les desserts d’hiver que maman nous servait pour qu’on tienne bon, dans la nuit, dans les chambres à peine chauffées. Et ça nous empêchait de grelotter sous les édredons, la crème de marrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.