17 mars – Patty

Question d’humilité : je pose du sel de l’Himalaya sur ma table pour me souvenir qui je suis. Sa couleur attire l’œil, oui, et c’est chic. Mais qu’importe. Le sel de l’Himalaya, c’est surtout dire que là où se dressent les plus hautes montagnes, il y a eu des océans et des tempêtes. C’est signifier l’importance relative de nos petits soucis du quotidien. Pas que le sel de l’Himalaya soit meilleur que les autres. Non, il a peu ou prou le même goût et je mets au défi quiconque penserait pouvoir faire la différence avec celui de Guérande dans un bouillon de légumes. Non, le sel de l’Himalaya, c’est la vacuité de nos existences qui s’invite à table. Nous sommes si peu de choses lorsqu’on regarde la salière et l’immensité du temps qu’il a fallu pour creuser un océan devenu montagne et, à des milliers de kilomètres de là, passer la salière à son âme sœur qui trouve que le gratin manque un peu de goût. Lui rappeler, s’il se prend à faire des reproches sur la cuisine, qu’on est peu de choses, vraiment.

2 commentaires

  1. Faire le tour de l’Anapurna, ne manque pas de sel : des paysages à couper le souffle déjà perdu dans la montée à un col de 4.500m. Cela oblige à se concentrer sur la respiration, sur l’essentiel qui donne vie. Comme le sel est essentiel pour animer nos plaisirs gustatifs. Patty a raison d’introduire des grains cosmiques dans sa modeste cuisine quotidienne.

    1. Ce soir nous dînons chez Patty. Que lui apporter à ce gourmet qui préfère le bœuf de Kobé à la vache normande? Du caviar ou du safran? Trop ostentatoire! Du sel de l’Himalaya, voilà la bonne idée. A la fois simple et original. De quoi lancer la conversation sur la brièveté de nôtre vie au regard de l’âge de l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.