11 juillet – Benoît

Comme on fabrique les souvenirs d’enfance avec le bon outil. C’est, chaque dimanche qu’ils auront la gaufre du grand-père, la gaufre en forme de cœur qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs, et longtemps après ma mort, ils en reparleront des gaufres de grand-père, comme je me souviens de l’odeur du pain grillé, du riz au lait, du tapioca au chocolat. Ils auront pour la vie l’odeur de mes gaufres, le cœur à croquer dedans. L’odeur… Ils se retourneront parfois, croyant la sentir, mais ce ne sera jamais tout à fait la même sur les stands au bord des plages ou entre deux manèges de fête foraine. Presque la même, assez proche pour que remonte à leur mémoire le souvenir du grand-père qui cuisait des gaufres tous les dimanches, et ils essaieront de retrouver la recette, de reproduire le goût et comme ça croustille et ça fond dans la bouche, mais ils ne pourront pas sans le gaufrier à cinq cœurs qui aura fait les gaufres uniques et irremplaçables. La nostalgie, ça se travaille.

1 commentaire

  1. La gaufre n’est pas le goûter le plus léger. Mais une gaufre en forme de cœur dit quelque chose de celui ou celle qui l’a préparée. Cuisiner avec amour, voilà la bonne recette pour une rencontre harmonieuse. Si le Nutella, matière brune et dégoulinante, est évitée, alors la réussite sera complète. Mettre juste un voile de sucre glace est suffisant pour satisfaire les papilles gustatives et blanchir le bout du nez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.