Un monde sans paragraphe…

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un monde dans lequel le paragraphe n’avait pas sa place ! Un lieu où parler de paragraphe était totalement inattendu pour mes interlocuteurs. Des interlocutrices, en l’occurrence. C’est à Lille que cela a eu lieu et les interlocutrices sont des rédactrices du magazine municipal où l’on peut voir, et parfois lire, des pages comme celle là.

Paragraphe
Un long texte, d’un tenant, en un seul paragraphe. Et encore cet exemple fait-il moins d’une page. On trouve dans ce magazine des doubles-pages du même tonneau.

On n’est pas là, pourtant, dans l’expérimentation underground. On pourrait même penser que tout serait mis en oeuvre pour faciliter la lecture.

Sans que le paragraphe fasse partie de la panoplie. Et les quelques mots en gras, même, chagrinent un peu l’auteur des lignes…

Alors j’ai expliqué, insisté, montré, réinsisté… Parce qu’il s’agissait d’une formation à l’écriture sur le web, j’ai, je crois, convaincu : le paragraphe montre une pensée structurée et facilite la lecture.

J’explique : "une idée par paragraphe, dans la première de ses prhases, puis, les phrases suivantes qui explicitent, illustrent, accompagnent, et, lorsqu’on change d’idée, on franchit un alinéa. Le lecteur futé saura qu’un texte idéal peut être compris en ne lisant que la première des phrases de chaque paragraphe."

Je crois que sur papier aussi, les habitudes vont changer, à Lille. C’est à ça que servent les formations. Mais je m’interroge : ne faut-il pas lancer un plan de sauvegarde du paragraphe ?  Avant qu’il ne soit trop tard.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Incontestablement, c’est indigeste.
    Il faut apprendre ou réapprendre le paragraphe, mais aussi à prendre du recul et se mettre un tant soit peu, dans la situation de lecteur.

  2. l’utilisation des paragraphes ça ne s’apprend pas au collège et au lycée ??…
    c’est hélas trop courant, les auteurs confondent style personnel, voire littéraire avec le style journalistique ou informatif
    certains articles des blogs politiques sont par ex illisibles, d’un seul corps, sans même de retour à la ligne… quand on a si peu de temps à accorder à notre revue de blogs quotidienne(ce qui exclue aussi toute lecture en diagonale ! pourtant efficace…)
    il n’y a pourtant qu’une seule question à se poser : l’interêt et le confort que le lecteur prend à la lecture de ce que l’on écrit

  3. Notons que vos rédactrices ont fait l’effort de placer une partie du texte en « encadré ». Cette forme de structuration est trop souvent privilégiée, par facilité, au détriment d’un vrai travail de construction du texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.