Quand Pierre Dac invente la presse moderne

les pedicures de l ameOn ne saurait trop recommander la lecture des romans de Pierre Dac aux jeunes générations. Ils sont de mes livres de chevet dans lesquels je picore doucement de peur d’en avoir fini. Quelques pages plusieurs soirs par semaine avant d’éteindre. Pour les autres soirs, d’autres livres. Bref, je lis en ce moment Les Pédicures de l’âme. Continuer la lecture de Quand Pierre Dac invente la presse moderne

Vice News : de longues vidéos d’actualité vues 1 million de fois

Le journaliste entre en action...
Le journaliste entre en action…

Lors de mes formations, j’explique généralement qu’on n’a pas trouvé, en France, dans les médias, le moyen de captiver l’attention de la jeunesse internaute comme savent le faire EnjoyPhoenix ou Squeezie. Bref, que les Youtubeurs occupent un espace que les médias n’ont pas su prendre (face à Squizzie, les journalistes restent curieusement souvent sceptiques). Mais si les dinosaures n’ont pas cette place là, c’est souvent faute d’une narration convaincante, (faute de crédibilité auprès des jeunes, peut-être, me fait-on parfois remarquer). Et puis voilà une lueur d’espoir.

Continuer la lecture de Vice News : de longues vidéos d’actualité vues 1 million de fois

Serge July, littérature et journalisme

dictionnaire journalismeDans une interview à propos de son Dictionnaire amoureux du journalisme, Serge July dit dans Le Monde :

Pour nous, le nouveau ­roman, ça devait être le nouveau journalisme. On était imprégnés par le texte de Sartre, dans les Temps modernes, qui faisait du reportage le propre de la vraie littérature. Et Sartre nous a aidés à forger une autre langue, une langue « parlée/écrite  » qui renvoyait à La ­Nausée, ce grand livre. L’autre auteur qui nous a influencés, pour ce qui est de la langue, c’est le Cavanna de Hara-Kiri et de Charlie.

Continuer la lecture de Serge July, littérature et journalisme

Journalistes, quand twitter au nom de votre rédac ?

La question revient généralement sous cette forme : « comment expliquer aux journalistes de ma rédaction qu’ils doivent twitter avec le compte du journal plutôt qu’avec le leur ? » Dans chaque rédac, il y a ce journaliste qu’on pense imbu de lui-même et qui twitte perso puis, au mieux, se retwitte lui-même au nom de son média. Ça énerve ceux qui la jouent collectif. Mais ce journaliste a-t-il forcement tort ? Moins que celui qui utilise Twitter en son nom et s’en tient là, au risque, cela s’est vu, de se faire « voler » son info par la concurrence. Pas très fair play, mais assez logique. Continuer la lecture de Journalistes, quand twitter au nom de votre rédac ?

De quand date le journalisme amateur

amateur pressOn croit toujours avoir inventé l’eau tiède. On n’a pas la culture historique. Et puis… avant nous, c’était le désert, non ? Alors, le journalisme citoyen, on croit l’avoir inventé avec les blogs, quand la technique a permis à chacun de prendre la parole, de s’affranchir de la technique. Allez c’était les années 2000, on inventait, on changeait le monde. Bon, on aurait pu regarder dans le rétro aussi. Au détour de nos lectures, en ligne, tout de même en ligne, on découvre que le journalisme amateur, ça date un peu. Citons. Continuer la lecture de De quand date le journalisme amateur

Les liens du dimanche #14

Selon une étude à paraître, 86 % des Community Manager et experts en réseaux sociaux sont des arnaqueurs et des incompétents. C’est raconté ici. On cherche maintenant l’étude qui dit que 86% des études racontent n’importe quoi… Il se trouve tout de même que dans le cadre d’une formation que je donne la semaine prochaine sur les réseaux sociaux, et en guise de préparation, j’ai rassemblé un certain nombre de liens qui constituent une sorte d’introduction au sujet ici. Je partage puisque, manifestement, ça peut servir.

On n’avait pas fait le lien, et même si ça date d’un peu plus d’une semaine, on le fait vers ce papier sur la stratégie web des radios généralistes.

Continuer la lecture de Les liens du dimanche #14

Les liens du dimanche #12

La relation auteur-éditeur est de plus en plus fragile face à Amazon. Ils sont plusieurs auteurs à expliquer pourquoi s’en prendre au géant américain n’est pas si simple. La réaction d‘un « petit » auteur, et celle d’un auteur de best-seller. Et si au lieu de râler sur Amazon, d’aucuns construisaient une offre qui puisse faire concurrence. Après tout, il n’est jamais trop tard.

ello profilUn réseau social, Ello, pourrait bien se retrouver en position de concurrencer Facebook. Pas de pub, et une clarté dans l’absence de confidentialité comme dans l’usage des données collectées. Tentant alors que Google semble abandonner progressivement Google+ et que les modifications de l’algorithme de Facebook donnent encore plus de place à toujours les mêmes informations.

L’analyse précise de l’impact d’une publication sur Facebook demande d’ailleurs un peu d’habileté. Il apparaît en l’occurrence que Nicolas Sarkozy surestime les statistiques de sa page Facebook. C’est que les réseaux sociaux, c’est un métier. A propos, savez-vous exactement ce que fait un Community manager chaque semaine ?

Et savez-vous comment les annonceurs pistent les internautes, non seulement sur un même ordinateur, mais aussi, et c’est bien plus impressionnant, entre plusieurs écrans. Si vous voulez faire les malins, ça s’appelle du tracking cross-device.

On apprend également cette semaine que le réseau Pinterest aurait un impact sur les ventes en magasin, mais c’est Pinterest qui le dit. Mais Pinterest ne sert pas qu’à vendre, la preuve avec le compte de la diplomatie française et ses infographies.

Côté journalisme, INAglobal se demande comment la presse quotidienne régionale se débrouille sur le web. Se débrouille ? Tant qu’on en parlera comme cela, c’est qu’on n’y sera pas encore tout à fait. Dommage alors que 4 français sur 10 utilisent le numérique pour s’informer (audio).

La vidéo de la semaine ? Un teaser, une pub, quoi, mais pour une appli gratuite pour tablettes avec laquelle relire La Comtesse de Cagliostro, une des aventures d’Arsène Lupin par Maurice Leblanc. Une innovation éditoriale du réseau des bibliothèques de la ville de Rouen.

Retrouvez moi sur Google+Facebook, et Twitter.

Les liens du dimanche #11

« Sans prévenir, sans explications, sans raisons. Google a supprimé de son index tous les articles de Numerama qui traitaient du blocage sur décision administrative d’un type particulier de sites internet, a priori en raison d’un mot employé dans les titres. Une censure robotisée, décérébrée. » Une anecdote pour le moins intéressante sur le pouvoir que l’on laisse aux algorithmes de contrôler notre façon de voir le monde. C’est ici. L’explication de Google : ce serait un bug. Un bug rapidement corrigé. Mais c’est le genre de choses qui pourraient expliquer pour en Allemagne le gouvernement demande à Google de révéler la nature concrète de son algorithme. Toujours à propos de Google, on se demande dans le Journal du Net comment le moteur de recherche fait pour repérer les contenus de qualité.

Les cours de journalisme de la BBC sont disponibles en françaisDécidément, la technologie n’est pas neutre… « Facebook s’octroie non seulement le droit d’accéder à tout votre répertoire de contacts, mais vous observe également dans vos moindres faits et gestes. » Tel est le constat un brin alarmant d’un spécialiste de la sécurité informatique à propos de l’application messenger de Facebook.

Pour info, et pour lutter contre les idées reçues : les 18-35 ans lisent plus que leurs aînés. Pendant ce temps là, au moins, ils sont souvent ailleurs que sur Google ou Facebook. Et toc.

Lire : le portrait-robot du consommateur français d’information ici. Une matière dans laquelle le projet à suivre ces prochaines semaines pourrait bien être Brief. En même temps, et dans un mouvement qu’on pourrait appeler inverse, il apparaît que le long format pourrait être l’avenir du journalisme sur le web. Comme quoi, on continue de chercher dans toutes les directions.

Bonne nouvelle pour ceux qui préparent l’avenir : la BBC a mis en ligne une version en français de ses cours de journalisme.

La vidéo de la semaine ? Un documentaire de 46 minutes : J’ai pas voté.

 

Les liens du dimanche #6

Avec quoi travaillent les journalistes ? Le sujet a été largement traité cette semaine. Les journalistes web mobiles, d’abord, ont intérêt à lire cet article. On se plongera également dans la besace des reporters du New-York Times. Côté applications, on a vu passer une belle infographie interactive avec plein de liens vers des applications.

La croissance du chiffre d’affaires des sites éditoriaux a fortement chutée en France depuis 2006 selon Xerfi Precepta dans son rapport d’analyse « Stratégies des médias numériques« . Principal enseignement de cette étude, les éditeurs ont beau avoir réussi à construire de belles audiences, ils n’en ont pas moins échoué à les monétiser correctement. Une info sur le Journal du Net.

Twitter apporte maintenant des détails aux utilisateurs concernant l’impact de leurs tweets : si ils sont lus, cliqués, etc. Un Twitter analytics qui plait déjà aux professionnels en mal de statistiques. Et ce n’est que l’une des nouvelles fonctionnalités de ces derniers temps. Le point ici.

A propos de Twitter, et des journalistes, on voit ici que les professionnels français des médias y ont fait leur nid. On se souvient pour notre part avoir enseigné Twitter au Centre de Formation des Journalistes à Paris en 2007, et qu’alors les étudiants nous regardait avec plus que de la circonspection. Les temps changent…

Aux Etats-Unis, forcément aux Etats-Unis, on voit apparaître des clauses relatives aux réseaux sociaux dans les contrats de mariage :

Cette disposition dispose (sic) que quand elle aura divorcé « chaque partie accepte de ne pas poster, tweeter ou d’aucune manière partager sur les réseaux sociaux des images ou tout contenu positif, négatif, insultant, embarrassant ou flatteur sur l’autre ».

C’est dans Le Point.

L’image de la semaine :

presencereseau

Les audiences des radios sont en berne, et le sociologue des médias Jean-Marie Charon explique pourquoi.

L’existence du programme Kindle Unlimited, permettant une lecture illimitée pour 9,99 $ par mois, a été confirmée cette semaine par Amazon. On attend un lancement en France à la rentrée. Et voilà qui pourrait bouleverser nos habitudes de lecture… Et le marché du livre.

La crise à Gaza a des échos sur les réseaux sociaux, en France. Avec des répercussions compliquées à gérer pour les Community managers des sites des médias français. Les Echos y consacre un article.

Référencement : on a beaucoup aimé cette infographie qui regroupe 25 outils à connaître pour travailler efficacement son placement dans les moteurs de recherche.

Deux articles à lire sur les conséquences de la condamnation d’une blogueuse après la publication de sa critique d’un restaurant sur son blog, ici et ici : illustration concrète de ce que l’on connaît sur le web sous le nom d’effet Streisand.

Découvrez Le quatre heures, un média en ligne qui casse les codes :  » Une information qui prend le temps, se déclinant sous forme de reportages grand format, multimédia, sans clic. Chaque mercredi à 16 heures, Le Quatre Heures publie une histoire inédite à déguster : une pause gourmande dans l’information en continu qui domine le web. »

A lire aussi : ce point un peu flippant sur tout ce que Google sait de nous. Et un autre sur les correspondants locaux de presse, une armée de l’ombre sans laquelle la presse quotidienne régionale aurait bien du mal à remplir ses pages.

Retrouvez moi sur Google+Facebook, et Twitter.

Les liens du dimanche #4

D’ici à 2025, 90 % des informations lues par le grand public seraient générées par des ordinateurs : « Cela ne signifie pas que 90 % des journalistes seront remplacés par des robots, mais que le volume de textes publiés va croître de façon gigantesque. Prenons l’exemple des petits matchs de base-ball amateurs : ils n’intéressent pas les médias, mais chacun d’entre eux est suivi avec passion par quelques dizaines de personnes. Quill se procure les données de jeu sur des milliers de ces matchs et produit en un instant des milliers d’articles, un par match, dans un style semblable à celui des journalistes sportifs, qui est facile à imiter. » Narrative Science possède déjà des clients dans ce secteur : des sites spécialisés dans le sport local ou dans les informations pour la jeunesse. L’article du Monde sur le sujet est là. Et, côté littérature, c’est Philippe Vasset qu’il faut lire. A lire également : Un robot pour contrôler le travail des journalistes (Le Monde, encore). Et pour Associated Press, ce n’est pas de la science-fiction (lire ici, en anglais). Pratique si vous souhaitez écrire 5 millions d’histoires par semaine (en anglais ici).

Pour Tony Haile est PDG de Chartbeat, une société basée à New York et connue pour son service de mesure d’audience en temps réel, « vendre des affichages de publicité sur des pages, comme le font aujourd’hui les médias, ne monétise pas du contenu mais des clics sur des liens qui mènent à du contenu. Une fois que j’ai cliqué, la monétisation a lieu, peu importe que j’aie lu le contenu ou que je l’aie aimé ». Cela a une influence directe sur la façon d’élaborer le contenu, et donc sur la ligne éditoriale. Selon lui, « il faut passer du web du clic au web de l’attention« . Ce n’est pas qu’une question de modèle économique, mais aussi une question de fond.

Le smartphone et les tablettes continuent de tout engloutir sur leur passage. Aux États-Unis, plus de la moitié (51 %) du temps consacré au numérique est dorénavant passé dans des applications mobiles, selon une étude du cabinet comScore parue cette semaine. L’ordinateur, qui fut la star du numérique durant deux décennies, perd du terrain. A tel point qu’alors qu’on commençait tout juste à faire passer l’idée du « web first » dans les rédactions, on va devoir penser « mobile first » : on ne publie plus en premier sur le papier, ni même sur le web, mais pour le mobile. Alain Verloes en parle en détails ici.

Dans un récent article de la revue scientifique Pnas, des chercheurs travaillant pour Facebook ont dévoilé une expérience menée en secret sur plus de 600.000 personnes. Le but de l’étude? Comprendre comment fonctionne la contagion émotionnelle, c’est-à-dire le fait qu’une émotion puisse se transmettre d’une personne à l’autre. Faut-il s’insurger que Facebook « joue » ainsi avec nos relations ? Olivier Ertzscheid, sur Affordance, explique :

Il ne faut pas oublier Mac Luhan. Et oui. Le « medium is the message ». TF1 est un medium, Facebook en est un également. Ces « médias » ont à l’évidence et par nature une influence sur les messages et les informations qu’ils diffusent (puisque ce sont eux, leurs actionnaires, leurs journalistes, leurs éditorialistes, leurs algorithmes, qui les choisissent), et ces médias ont à l’évidence la capacité de façonner ou de fabriquer l’opinion. Relire Bourdieu, Chomsky et Mac Luhan donc.

Google enlève de son index des pages, sur demande des personnes qui y seraient mises en cause. C’est le droit à l’oubli. Mais Google prévient les sites concernés, et ne procède pas vraiment à des vérifications… Et la presse crie au scandale : tout cela tourne à la farce. Explications sur Rue89. Google aurait commencé à revenir sur ses décisions, selon Reuters cité par Le Figaro.

La vidéo de la semaine ? Forcément, elle a un an. Et vous comprendrez pourquoi en la regardant…

Retrouvez moi sur Google+, Facebook, et Twitter.