Armada de Rouen : bataille navale sur le web

L’Armada de Rouen commence, officieusement, le 2 juillet 2008. Pile dans un mois. On attend 10 millions de personnes sur les quais de Rouen et les plus beaux voiliers du monde, plus une série de concerts gratuits et de feux d’artifice. C’est la première manifestation gratuite en France après le tour de France. Pas mal.

Quel rapport avec l’écriture sur le Web ? Une lutte feutrée pour gagner des places dans Google sur les mots clés qui vont bien : "Armada Rouen", "Programme Armada Rouen", "Concerts Armada Rouen", "Bateaux Armada Rouen", etc.

Lutte intéressante, car elle permet de tester, grandeur nature, des stratégies de fabrication de contenu. On avait eu l’occasion, déjà, d’en parler à l’occasion des élections municipales à Rouen. Mais la concurrence était moins nombreuse.

Alors, qui sur les rang ? Le site officiel de l’Armada, qui, heureusement pour lui, arrive en première position (aujourd’hui) pour qui cherche "Armada Rouen". L’Office de tourisme de Rouen tire bien son épingle du jeu, et puis Dailymotion.

Il y a aussi un site "parasite", pensé uniquement pour capter du trafic, et donc du chiffre d’affaires en publicités google. Je ne fais pas de lien, pour ne pas améliorer son référencement, justement. C’est http://www.armadarouen.com/ . A regarder, parce que c’est efficace en terme de référencement, même si c’est un peu désespérant niveau contenu. Comme quoi, la technique, c’est important.

Rappelons que selon les chiffres généralement admis, en ordre de grandeur, un peu plus de 40% des internautes cliquent sur le premier résultat de la liste proposée par Google, 20 % sur le deuxième, 15% sur le troisième et seulement 5% sur le quatrième. C’est dire l’importance, en terme d’audience, de figurer en tête de liste.

Trois autres sites travaillent manifestement sur le sujet de l’Armada. Trois sites locaux : Vivre en Normandie, Cauxcorico, et Grand-Rouen, dont je m’occupe. Vivre en Normandie publie régulièrement des articles sur le sujet. Cauxcorico également, consistant à publier un article par bateau présent à l’Armada, un article par concert de l’Armada, et en parsemant le tout de liens d’un article à l’autre, histoire de convaincre Google de l’intérêt du contenu. Une technique utilisée sur Grand-Rouen avec la création d’une rubrique dédiée : Armada 2008, mi-2007. La stratégie, à défaut d’être originale, est efficace, et permet de figurer sur la première page de résultats. Grand-Rouen.com est même premier pour la recherche "Concerts Armada Rouen" ou encore pour "Actualités Armada Rouen" ou même "hébergement Armada Rouen" (ca peut bouger).

Le travail sur les groupes de trois mots me parait assez prometteur, toujours en terme d’audience. Un vrai travail sur la longue traine de mots clés. Même si le nec plus ultra est évidemment de se maintenir dans le peleton de tête, parmi les cinq premiers, pour la recherche "Armada Rouen". Les résultats sur cette recherche changent tous les jours. Le travail sur le contenu doit être quotidien. Reste une dimension sur laquelle travailler : le référencement naturel venu de l’extérieur, avec le soutien de tous les sites qui feront un lien depuis les mots "Armada Rouen" vers http://www.grand-rouen.com/category/armada-2008/. Comme ça : Armada Rouen. Technique dont ce billet-ci ne se prive pas.

Et la qualité du contenu, sinon ? Et bien, c’est une autre histoire. Mais j’y suis attentif pour la partie qui me concerne. Avoir été le premier à rendre puiblique la liste des concerts de l’Armada, par exemple, est un plus dont il n’aurait pas fallu me priver.

Résultat des courses ? Je ferai un bilan de la fréquentation du grand-Rouen après l’Armada. On verra ce que tout cela peut donner concrêtement.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. En attendant, il y a au moins 3 liens vers « Armada Rouen » dans ton article, c’est facile de critiquer les autres surtout quand on copie !
    Je suis informaticien et je trouve çà déloyal de ta part de descendre tes 2 concurrents directs !

  2. Jérémy> Je crains que vous n’ayez lu un peu vite… Je ne dénigre pas (je fais même un lien ves chacun de ceux que vous appelez mes deux « concurrents direct »). Je ne copie pas non plus ces deux là : les techniques que je décris ici, je les enseigne en école de journalisme depuis quelques années…
    Enfin, je ne me cache pas d’utiliser ces techniques, bien au contraire puisque je les explique ici, et que, c’est la moindre des choses lorsqu’on assure des stages en formation continue, je les teste grandeur nature, sur http://www.grand-rouen.com.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.