5 septembre – Raïssa

Je prends l’air naturel de celle qui va mettre du dentifrice sur sa brosse au moment même où l’homme, tout sourire, rentre dans la salle de bain. D’un coup d’oeil dans le miroir, je vois clairement son sourire conquérant : il est ici chez lui, et s’approche en confiance. Qu’il retire vite la main qu’il vient de poser dans mon dos s’il ne veut pas se retrouver avec le manche de la brosse planté dans le regard un peu trop complice qu’il tente de me lancer. Je ne suis pas dupe. Pour quoi faire d’aussi grandes poches à son peignoir, sinon cacher l’arme avec laquelle il a l’intention de me régler mon compte ? Mes années d’entraînement me permettent d’évaluer la situation avec précision et de calculer mes chances. Je dois garder l’avantage de la surprise et ne lui laisser aucune option. Si j’enfonce le tube dans sa bouche d’un coup sec et appuie promptement, il devrait s’étouffer. J’ai mon plan de sortie. Go.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.