A midi pile, au rayon thon et sardines

thonA midi pile, en cette journée de deuil national, à l’heure précise de la minute de silence, j’étais au rayon thon et sardines. Je venais de glisser une boîte de maquereau grillé dans le panier en plastique. C’était le moment. Celui de se taire, de rester immobile, et de penser à eux.

Le monde ne s’est pas arrêté. Les courses n’ont pas cessé. Les vendeuses ne se sont pas immobilisées.

Mais je n’ai pas bougé. Les haut-parleurs de la grande surface diffusaient une chanson gaie de l’éternelle bande FM audible là.

Je n’ai pas souri. Je me suis recueilli.

Et puis la minute est passée. J’ai hésité entre deux boîtes de thon, n’en ai pris aucune, et je suis passé au rayon des conserves de légume.

Il n’y avait pas grand monde. Moins de monde que d’habitude.

Je n’ai même pas fait la queue à la caisse.

La veille à 18 heures nous étions au moins 6 000 à marcher dans Rouen. Dans le noir et le silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.